Liquid error: Could not find asset snippets/judgeme_core.liquid

Pourquoi y a-t-il toujours une grande confusion sur la date de début du mois de Ramadan ? Ne peut-on pas la calculer scientifiquement ?


Observer la lune pour le ramadan

Le Coran n’interdit pas l’utilisation du calcul astronomique dans l’élaboration du calendrier. Il précise seulement que l’année lunaire ne comprend que 12 mois.

Mais suite à la recommandation du Prophète aux Bédouins de commencer et d’arrêter le jeûne du mois du Ramadan avec l’observation de la nouvelle lune, le consensus des ulémas se forgea solidement, pendant 14 siècles, autour du rejet du calcul. Seuls quelques juristes isolés, dans les premiers siècles de l’ère islamique, prônèrent l’utilisation du calcul pour déterminer le début des mois lunaires.

Sur le plan institutionnel, seule la dynastie (chi’ite) des Fatimides, en Egypte, a utilisé un calendrier basé sur le calcul entre les 10ème et 12ème siècles, avant qu’il ne tombe dans l’oubli à la suite d’un changement de régime. L’argument majeur avancé pour justifier cette situation se fonde sur le postulat des ulémas, selon lequel il ne faut pas aller à l’encontre d’une prescription du Prophète. Ils estiment qu’il est illicite de recourir au calcul pour déterminer le début des mois lunaires, puisque le Prophète a recommandé la procédure d’observation visuelle.

Depuis le début du 20ème siècle, nombre de penseurs islamiques, ainsi qu’une poignée d’ulémas de renom, remettent en cause les arguments rejetant l’utilisation du calcul.

A leurs yeux, le Prophète a simplement préconisé aux fidèles de recourir à une procédure d’observation de la nouvelle lune pour déterminer le début d’un nouveau mois. L’observation du croissant n’était qu’un simple moyen, et non pas une fin en soi, un acte d’adoration (‘ibada). Le hadith relatif à l’observation n’établissait donc pas une règle immuable, pas plus qu’il n’interdisait l’utilisation du calendrier astronomique.

D’après certains juristes, le hadith ne parle même pas d’une observation visuelle de la nouvelle lune, mais simplement de l’acquisition de l’information, selon des sources crédibles, que le mois a débuté. Cela ouvre naturellement de nouvelles perspectives dans le débat autour de cette question.

D’ailleurs, en Arabie Saoudite, le calendrier d’Umm al Qura (à usage administratif uniquement) est élaboré depuis de nombreuses années en utilisant une procédure basée sur le calcul astronomique, qui n’a rien à voir avec l’observation de la nouvelle lune. Par convention, si la conjonction se produit avant le coucher du soleil aux coordonnées de la Mecque, le soir du 29è j du mois en cours, et si le soleil se couche avant la lune, un nouveau mois commence. Autrement, le mois en cours aura une durée de 30 j.


Laissez un commentaire


Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés