Liquid error: Could not find asset snippets/judgeme_core.liquid

Chrétiens et Islam RSS



Le cochon, interdit dans la bible

La Bible se compose de 2 grandes parties, l'Ancien testament et le Nouveau testament. Les écrits ci dessous sont inscrits dans la première partie de la bible, que la plus part des chrétiens ne suivent plus:   Deutéronome 14:8 Vous ne mangerez pas le porc, qui a la corne fendue, mais qui ne rumine pas: vous le regarderez comme impur. Vous ne mangerez pas de leur chair, et vous ne toucherez pas leurs corps morts.   Lévitique 11:7 Vous ne mangerez pas le porc, qui a le sabot fendu, le pied fourchu mais ne rumine pas ; vous le considérerez comme impur.   Lévitique 11:6 Vous ne mangerez pas le lièvre, qui rumine, mais qui n'a pas la corne fendue:...

Plus



Poésie: Cèdre, de Victor Hugo, dédié à Seydina Omar

Omer, le puissant prêtre, aux prophètes pareil, Aperçut, tout auprès de la mer Rouge, à l'ombre D'un santon, un vieux cèdre au grand feuillage sombre Croissant dans un rocher qui bordait le chemin ; Scheik Omer étendit à l'horizon sa main Vers le nord habité par les aigles rapaces, Et, montrant au vieux cèdre, au delà des espaces, La mer Égée, et Jean endormi dans Pathmos, Il poussa du doigt l'arbre et prononça ces mots : « Va, cèdre ! va couvrir de ton ombre cet homme. » Le blanc spectre de sel qui regarde Sodome N'est pas plus immobile au bord du lac amer Que ne le fut le cèdre à qui parlait Omer ; Plus rétif que l'onagre à la voix de son maître, L'arbre n'agita pas une branche .Le prêtre dit...

Plus



poésie: L'an neuf de l'hégire, de Victor Hugo

L’AN NEUF DE L’HEGIRE   Comme s’il pressentait que son heure était proche, Grave, il ne faisait plus à personne une reproche ; Il marchait en rendant aux passants leur salut ; On le voyait vieillir chaque jour, quoiqu’il eût A peine vingt poils blancs à sa barbe encore noire ; Il s'arrêtait parfois pour voir les chameaux boire, Se souvenant du temps qu’il était chamelier. Il semblait avoir vu l’Eden, l’âge de d’amour, Les temps antérieurs, l’ère immémoriale. Il avait le front haut, la joue impériale, Le sourcil chauve, l’œil profond et diligent, Le cou pareil au col d’une amphore d’argent, L’air d’un Noé qui sait le secret du déluge. Si des hommes venaient le consulter, ce juge Laissait l’un affirmer, l’autre...

Plus



Poésie: Les djinns , de Victor Hugo

Les djinns Murs, ville,Et port,AsileDe mort,Mer griseOù briseLa brise,Tout dort.Dans la plaineNaît un bruit.C'est l'haleineDe la nuit.Elle brameComme une âmeQu'une flammeToujours suit !La voix plus hauteSemble un grelot.D'un nain qui sauteC'est le galop.Il fuit, s'élance,Puis en cadenceSur un pied danseAu bout d'un flot.La rumeur approche.L'écho la redit.C'est comme la clocheD'un couvent maudit ;Comme un bruit de foule,Qui tonne et qui roule,Et tantôt s'écroule,Et tantôt grandit,Dieu ! la voix sépulcraleDes Djinns !... Quel bruit ils font !Fuyons sous la spiraleDe l'escalier profond.Déjà s'éteint ma lampe,Et l'ombre de la rampe,Qui le long du mur rampe,Monte jusqu'au plafond.C'est l'essaim des Djinns qui passe,Et tourbillonne en sifflant !Les ifs, que leur vol fracasse,Craquent comme un pin brûlant.Leur troupeau, lourd et rapide,Volant dans l'espace vide,Semble...

Plus



Victor Abou Bakr HUGO (VIDÉO)

Extrait du poème l’An neuf de l’Hégire dédié au prophète MOHAMED (psl) Le lendemain matin voyant l'aube arriver: "Aboubèkre, dit-il, je ne puis me lever, Tu vas prendre le livre et faire la prière. Et sa femme Aïsha se tenait en arrière; Il écoutait pendant qu'aboubèkre lisait, Et souvent à voix basse achevait le verset; Et l'on pleurait pendant qu'il priait de la sorte. Et l'ange de la mort vers le soir à la porte Apparut, demandant qu'on lui permit d'entrer. "Qu'il entre."On vit alors son regard s'éclairer De la même clarté qu'au jour de sa naissance; Et l'ange lui dit:"Dieu désire ta présence. Bien", dit-il Un frisson sur ses tempes courut, Un souffle ouvrit sa lèvre, et Mahomet mourut » Extrait du poème Cèdre dédié à Seydina Omar, deuxième calife de l’islam, compagnon du...

Plus